Logo Préfecture
Rechercher dans
Un nouvel adjoint au préfet maritime de la Méditérrannée, chargé de l'action de l'État en mer
Un nouvel adjoint au préfet maritime de la Méditérrannée, chargé de l'action de l'État en mer
2 sept. 2022

Le CRG2 de La Burgade intègre l’école du commissariat de la marine en 1990. À l’issue de sa scolarité, il rejoint l’équipage de la frégate Georges Leygues puis est affecté ensuite à bord de la frégate
Suffren. Il est principalement déployé sur les théâtres opérationnels du golfe arabo-persique, de l’Adriatique et au large des côtes de l’ex-Yougoslavie. Il participe notamment aux opérations
ARTIMON, RESTORE HOPE, BALBUZARD, SHARPE FENCE et SHARPE GUARD.
En 1996, il rejoint la préfecture maritime de la Méditerranée comme chef du bureau « environnement contentieux » et oriente sa carrière vers l’action de l’État en mer et le conseil
juridique des forces. Il intègre ensuite à Paris, en 1999, le bureau du droit de la mer et des évènements de mer et part pour le Kosovo en qualité de conseiller juridique du commandement, en
charge des affaires civilo-militaires. Il est ensuite affecté en Nouvelle-Calédonie, en 2002, en tant que conseiller pour l’AEM auprès du Haut-commissaire de la République. En 2005, il rejoint les côtes de la
Manche et de la mer du Nord pour prendre les fonctions de chef de la division AEM à la préfecture maritime. De 2009 à 2012, il est officier de liaison auprès de la Joint Interagency Task Force South
pour lutter contre le trafic de stupéfiants dans la mer des Caraïbes et le Pacifique Est. Il prend ensuite en 2012, la tête du bureau AEM de l’État-major de la Marine et participe aux nouvelles orientations
de l’institution visant à renforcer son rôle en matière de sureté maritime. En 2018, il dirige le pôle interministériel chargé de l’AEM au sein du Secrétariat général de la mer (SG Mer) avant de prendre
les fonctions de Secrétaire général adjoint de la mer en 2021.
 
L’action de l’État en mer (AEM) est l’organisation administrative et opérationnelle dont s’est dotée la France pour répondre à ses obligations d’État côtier et de puissance maritime. Cette organisation
permet d’identifier une autorité unique, le préfet maritime, chargée de la coordination des actions conduites par l’État en mer. En la matière, le préfet maritime relève directement du secrétariat
général de la mer (SG Mer), lui-même placé sous l’autorité directe du Premier ministre. Cette verticalité est un gage d’efficacité dans l’action et de réactivité en cas de crise.
L’AEM vise à exécuter des missions d’intérêt public en mer, à l’exclusion des missions de défense. C’est le cadre d’action du temps de paix, qui se traduit concrètement par l’exercice de prérogatives de
puissance publique pour des missions de police ou de maintien de l’ordre public et par la conduite d’actions de service public, telles que le sauvetage ou la lutte contre les pollutions.
L’organisation particulière de l’AEM en France, s’appuie sur plusieurs administrations différentes concourant toutes à la « fonction garde-côtes » (Marine nationale dont la gendarmerie maritime,
Affaires maritimes, Gendarmerie nationale, Douanes françaises, Sécurité civile, etc.) Cette diversité au sein de la « fonction garde-côtes » permet de bénéficier de l’expertise de chacun, développée dans le
cadre de missions propres. Cette vocation interministérielle permet de couvrir un large champ de compétences et d’enrichir, par le partage d’expérience, chaque administration.