Logo Préfecture
Rechercher dans
Point de situation maritime et littorale en Corse à la suite de la tempête du 18 août 2022
9 sept. 2022

Ces opérations ont nécessité l’engagement immédiat des moyens suivants :

  • les moyens nautiques de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) des stations du littoral corse, de la douane, de la gendarmerie maritime, de la gendarmerie départementale, des SDIS 2A et 2B et tous les moyens privés disponibles ;
  • les moyens aériens de la Sécurité civile, de l’armée de l’air et de l’Espace, de la gendarmerie et de la Marine nationale.

Postérieurement à ces premières opérations de secours, de nombreux moyens nautiques, aériens et terrestres ont été engagés pour localiser et identifier les navires coulés et échoués sur le littoral :

  • les moyens nautiques et aériens de la Marine nationale : Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Seine, Bâtiment de soutien et d’assistance affrété (BSAA) Pionnier, FALCON 50 ;
  • les moyens nautiques et terrestres de la direction de la mer et du littoral de Corse : la vedette Callisto ainsi que les deux unités littorales des affaires maritimes (ULAM) ;
  • les moyens nautiques de la gendarmerie maritime, la vedette Gravone, ainsi que des patrouilles de gendarmerie terrestre.

 L’action coordonnée de ces moyens, avec le concours des mairies concernées, a permis de localiser 90 navires échoués, coulés ou abîmés sur le littoral ouest de la Corse.

Le suivi du retrait de ces navires est effectué sous la coordination de la direction de la mer et du littoral de Corse (DMLC), qui travaille en étroite collaboration avec les experts maritimes auprès des assurances. À ce jour, on dénombre :

  Par ailleurs, parmi les 11 navires restants à retirer en Haute-Corse, 7 sont toujours non identifiés. Des moyens de l’État seront donc engagés dans les prochains jours pour en garantir l’identification.

 Enfin, le 8 septembre, le chasseur de mines tripartite Capricorne de la Marine nationale a été engagé par la Préfecture maritime et a permis de localiser l’épave du navire de pêche professionnel, le « GEORGES II », qui avait sombré le 18 août en baie de Girolata.

 Les autorités maritimes et terrestres tiennent à remercier les différentes collectivités de Corse, les propriétaires de navires affectés par cet évènement climatique, ainsi que les experts maritimes, les compagnies d’assurances, et l’ensemble des entreprises locales mobilisées pour leur réactivité et professionnalisme.

 L’exécution rapide de ces opérations de retrait a permis de minimiser l’impact environnemental sur les sites en mer et sur le littoral. Cet effort de préservation de l’environnement devra se poursuivre jusqu’au retrait des derniers navires.