Logo Préfecture
Rechercher dans
Fin des opérations de relevage en mer des débris du Naughty Lux dans le désert des Agriates en Haute-Corse (2B)
Fin des opérations de relevage en mer des débris du Naughty Lux dans le désert des Agriates en Haute-Corse (2B)
20 oct. 2022

Les 19 et 20 octobre 2022, le préfet maritime de la Méditerranée a lancé une dernière opération de relevage des débris de l’épave du navire de plaisance à moteur Naughty Lux qui s’était abîmé en mer à la Punta di u Dalfinu dans le désert des Agriates en Haute-Corse début juillet[1].

Parmi les moyens mobilisés, on peut compter :

  • une équipe de la cellule anti-pollution de la base navale de Toulon (afin de parer à une éventuelle fuite d’hydrocarbures lors du relevage des réservoirs) ;
  • une équipe du groupe de plongeurs-démineurs de la Méditérranée (GPD Med) pour récupérer et conditionner les débris ;
  • le bâtiment de soutien et d’assistance affrété (BSAA) Jason pour stocker et acheminer les déchets et morceaux d’épave restants vers le continent ;
  • les plongeurs du parc naturel marin du Cap Corse et de l’Agriate pour participer à la collecte des débris ;
  • la vedette Callisto de la direction de la mer et du littoral de Corse.

La majeure partie des débris immergés du Naughty Lux, échoué depuis le 21 juillet dernier, a ainsi pu être retirée des fonds de cette zone sensible du parc naturel. Il s’agit principalement de la partie moteur, des réservoirs contenant encore des hydrocarbures et de nombreux débris (morceaux de coque, accastillage etc.) qui reposaient notamment dans les herbiers de posidonie.

Les déchets évacués par le BSAA Jason seront ensuite traités à Toulon par un chantier de déconstruction et de recyclage des bateaux agréé par l’APER (association pour la plaisance éco-responsable).

Cette opération contribue directement à la préservation de l’environnement marin dans un secteur sensible de la Méditerranée. En retirant de l’eau les débris de cette épave, c’est un risque d’atteinte majeure à l’environnement par pollution plastique et par dissolution lente de produits chimiques qui est ainsi évité. Cette démarche responsable va dans le sens de l’impulsion vigoureuse donnée par la préfecture maritime de la Méditerranée pour traiter durablement la question des épaves qui jalonnent encore aujourd’hui le littoral méditerranéen.

Rappel des faits :

Le 7 juillet 2022, dans la matinée, le navire de plaisance à moteur Naughty Lux s’est échoué sur un haut fond dans le désert des Agriates en Haute Corse. Le lendemain, l’épave de ce navire s’est disloquée, répandant des débris sur la côte et sous la mer (moteurs, batteries, composants électroniques, etc.) au sein du parc naturel marin du cap Corse et de l’Agriate.

Face à cette situation et au titre de ses responsabilités en matière de protection de l’environnement en mer, le préfet maritime de la Méditerranée avait déployé le 21 juillet le bâtiment base de plongeurs démineurs (BBPD) Pluton et le bâtiment de soutien et d’assistance affrété (BSAA) Pionnier sur le site du naufrage du Naughty Lux afin d’évaluer les dégâts et d’étudier les possibilités de renflouement de l’épave.

Suite à ce premier constat, le BBPD Pluton a procédé le 21 juillet au relevage des 26 batteries présentes sur le fond de la mer et a pu réévaluer les dégâts pour les débris restants.

Face à cette situation et au titre de ses responsabilités en matière de protection de l’environnement en mer, le préfet maritime de la Méditerranée a lancé les actions suivantes :

  • mise en demeure répétée du propriétaire de renflouer cette épave afin de faire cesser cette atteinte à l’environnement;  
  • dépôt de plainte par le préfet maritime de la Méditerranée à l’encontre du propriétaire pour atteinte à l’environnement ;
  • Intervention de la préfecture maritime de Méditerranée dans le cadre d’une action d’office.