Logo Préfecture
Rechercher dans
Conseil maritime de façade méditerranéenne à Marseille : de belles concrétisations pour la mandature 2019-2022
Conseil maritime de façade méditerranéenne à Marseille : de belles concrétisations pour la mandature 2019-2022
30 juin 2022

Ce jeudi 30 juin, le cinquième et dernier conseil maritime de façade (CMF) de la mandature en cours s’est tenu à Marseille sous la co-présidence du vice-amiral d’escadre Gilles Boidevezi, préfet maritime de la Méditerranée et de monsieur Didier Mamis, secrétaire général aux affaires régionales représentant monsieur Christophe Mirmand, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Avant de terminer leur mandat le 31 juillet prochain, les membres ont pu dresser un bilan des trois années passées et évoquer les perspectives d’avenir de la future mandature.

Le CMF constitue l’instance de concertation dédiée à l’élaboration des instruments d’orientation de la politique maritime intégrée à l’échelle de la façade. Il permet à des acteurs divers (État, collectivités locales, associations, organisations socio-professionnelles) d’intervenir dans les modalités de gestion des espaces maritimes. Son champ de compétence intègre des domaines aussi vastes que l’utilisation, l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral et de la mer. Il a vocation à émettre des recommandations sur tous les sujets relevant de ces domaines.

Lors de ce CMF, les préfets coordonnateurs se sont tout d’abord félicités de l’adoption du document stratégique de façade durant la mandature et dernièrement de son plan d’action. Il est l’aboutissement d’un travail considérable en faveur de la conciliation des usages et du développement durable des activités en mer et sur le littoral. Ce document comprend quatre-vingt-onze actions recouvrant six univers emblématiques pour la façade maritime : les enjeux littoraux, les ressources halieutiques et aquacoles, les ports, la formation et la gestion des déchets.

Aujourd’hui des actions concrètes ont été présentées comme l’élaboration d’une stratégie de gestion durable de la croisière, le développement d’un outil de décompte des prises et des pêcheurs de loisir ou encore le développement d’une application intégratrice à destination de la navigation de plaisance. L’accent a été également mis sur la politique volontariste des autorités étatiques visant à encadrer les mouillages sur la façade, notamment afin de protéger les herbiers de posidonie.  Différents arrêtés pris ces dernières années par le préfet maritime de Méditerranée en la matière introduisent notamment des zones de mouillage obligatoire, des restrictions en matière de positionnement dynamique ainsi qu’une durée maximale de mouillage. Par ailleurs l’État accompagne les aménagements de mouillages écologiques.

S’agissant des perspectives d’avenir, parmi les sujets dont devront se saisir les membres de la future mandature, l’éolien flottant en mer en Méditerranée tiendra une place importante. En effet, dès 2023, les premiers porteurs de projet seront désignés pour l’installation des deux premiers parcs commerciaux dans le golfe du Lion.

Enfin, dans le cadre de la nouvelle stratégie nationale pour les aires protégées adoptée le 11 janvier 2021, le CMF devrait être associé aux travaux qui permettront de définir les futures zones de protection forte en mer Méditerranée.

Les préfets coordonnateurs « se sont félicités du dynamisme de l’instance et de l’efficacité du dialogue qui a permis de belles concrétisations lors de cette mandature ».